dimanche , 20 janvier 2019

Recommandé par les chirurgiens américains : On peut opérer sans ouvrir le thorax

Retirer un lobe pulmonaire touché par un nodule cancéreux, c’est possible sans ouvrir le thorax. Et c’est maintenant recommandé par les chirurgiens américains. L’équipe de l’Institut Mutualiste Montsouris (Paris) fait le point sur cette technique qu’elle pratique à l’occasion de la 500e intervention réalisée dans l’établissement. La chirurgie est le traitement le plus efficace du cancer du poumon quand on a la chance de découvrir la tumeur à un stage précoce. « Mais retirer seulement le nodule cancéreux ne suffit pas, il faut retirer le lobe dans lequel il est situé pour donner les meilleures chances de survie au malade », explique le Dr Dominique Gossot, chirurgien responsable du département thoracique de l’Institut Mutualiste Montsouris (IMM). Traditionnellement, cette intervention nécessite l’ouverture du thorax, c’est-à-dire une chirurgie lourde. Mais une technique mini-invasive se développe. Au Japon et aux Etats Unis, elle est devenue fréquente. En France, elle est encore confidentielle mais 15% des malades ayant un nodule pulmonaire à un stade précoce en bénéficient à l’IMM. La technique nécessite un type d’anesthésie particulier avec une intubation spéciale car le poumon sur lequel on intervient est « exclu » de la respiration pendant la durée de l’intervention. Le mode opératoire consiste ensuite à introduire les instruments nécessaires entre les côtes. Travaillant sur un espace resserré, le chirurgien a besoin de plus de temps pour réaliser la dissection des vaisseaux et des tissus, ce qui allonge le temps de l’intervention (entre 1h30 et 4 heures selon les cas). Même s’il « économise » le temps d’ouverture et de fermeture du thorax. Mais au total, on arrive au même résultat. « Les études montrent des survies similaires, voire légèrement supérieures au Japon, chez les personnes opérées par thoracoscopie », souligne le chirurgien. Pas étonnant puisque l’invention à thorax fermé permet tout autant d’enlever les ganglions proches de la tumeur, ce qui est indispensable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *