dimanche , 20 janvier 2019
A Belgian military F-16 Fighting Falcon conducts a combat patrol over Afghanistan Dec. 12, 2008. (U.S. Air Force photo by Staff Sgt. Aaron Allmon/Released)

C’est la première fois depuis 30 ans que l’entité sioniste perd un F-16 au combat : L’invincibilité… vaincue

C’est la première fois depuis au moins 30 ans que l’entité sioniste perd un F-16 au combat .Un coup sévère vient d’être infligé à l’entité sioniste ce qui va la pousser désormais à y réfléchir deux fois avant d’agresser ses voisins. La situation est très critique et pourrait conduire à un conflit armé d’une rare violence entre la Syrie et l’entité sioniste après qu’un avion de chasse de cette dernière a été abattu par la défense anti-aérienne syruenne.D’ailleurs cela n’est gère une chose courante. C’est pourtant ce qui est arrivé, samedi 10 février au petit matin, lorsqu’un F16 s’est écrasé dans le nord de l’entité sioniste, après avoir été touché par les tirs de la DCA syrienne. Selon la presse, l’avion de guerre revenait d’une action de représailles après la violation de l’espace aérien de l’entité sioniste par un drone iranien, lancé depuis la Syrie. Par la suite, les deux pilotes qui se trouvaient dans l’avion se sont éjectés et ont pu être transportés à l’hôpital. L’état de l’un d’entre eux est considéré comme « sérieux ». Par ailleurs, face à cette déconvenue d’ailleurs très mal acceptée par les militaires de l’entité sioniste, la réaction ne s’est pas faite attendre car une série d’attaques aériennes ont été engagées samedi en Syrie, frappant des cibles militaires syriennes, lors desquelles la défense antiaérienne syrienne a riposté ont rapporté les médias locaux. A Damas, l’agence de presse Sana a affirmé que la DCA avait repoussé les avions de l’entité sioniste et touché « plus d’un », faisant état de raids contre des installations militaires près de Damas, dans le centre et le sud du pays. Selon le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) Abdel Rahmane, des raids israéliens ont visé dans l’est de la province de Homs (centre). C’est la première fois que l’armée de l’entité sioniste dit ouvertement avoir visé des cibles « iraniennes » depuis le début en 2011 de la guerre en Syrie, où Israël a effectué ces dernières années de nombreuses frappes contre le régime de Damas ou le Hezbollah libanais.

LA RUSSIE AVERTIT
Par ailleurs, la Russie, qui appuie les forces gouvernementales syriennes dans le combat contre les groupes terroristes en Syrie, a appelé samedi toutes à la « retenue » et considéré comme « absolument inacceptable » de mettre en danger la vie de ses soldats présents en Syrie. Moscou a fait part de sa « grande préoccupation » pour les frappes menées par l’entité sioniste contre la Syrie ayant eu lieu ce samedi et a appelé à respecter la souveraineté de la République arabe syrienne, indique un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères. « Le respect de la souveraineté de la Syrie et des autres pays de la région est essentiel », a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères en commentant les frappes israéliennes contre le territoire syrien. « Moscou s’est déclaré profondément préoccupé par la récente évolution de la situation et par l’attaque contre la Syrie. Particulièrement préoccupant est le risque d’une escalade des tensions dans et autour des zones de désescalade en Syrie, dont la création a contribué à réduire la violence sur le sol syrien. Selon les observateurs militaires, l’entité sioniste se prépare à toutes sortes d’incident et prend très au sérieux cet échec dans sa stratégie de guerre. De son côté, l’Iran a accusé l’entité sioniste de « mensonges » et souligné le droit de la Syrie à la « légitime défense », en riposte à des raids ennemis lancés après l’interception selon l’entité sioniste d’un drone présenté comme iranien. « Les allégations à propos du survol d’un drone iranien sont trop ridicules », a déclaré à l’AFP le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi. « Pour couvrir ses crimes dans la région, les dirigeants israéliens recourent à des mensonges contre le autres pays », a-t-il ajouté. « La Syrie a le droit à la légitime défense » face à l’entité sioniste.

L’ARMÉE AMÉRICAINE SE PRÉPARE POUR ATTAQUER LA SYRIE
Des rapports font part d’une préparation de l’armée américaine pour attaquer la Syrie. L’objectif annoncé n’est certainement pas un soutien à l’entité sioniste, mais une réaction au prétendu usage par le gouvernement syrien d’armes chimiques à l’encontre de ses opposants. Les États-Unis étudient un projet d’attaque au missile contre des sites militaires syriens, une frappe semblable à celle menée, en avril 2017, contre l’aéroport militaire d’al-Shayrat à Homs. La nouvelle, qui a été confirmée par Associated Press et d’autres médias occidentaux, évoque l’intention du Pentagone d’utiliser ses missiles Tomahawk dans cette intervention illégale. Le gouvernement US ne cesse, depuis un mois, d’accuser, via ses divers responsables, la Syrie d’avoir utilisé du gaz chlore et sarin contre ses opposants dans les régions aux alentours de Damas. Il a même remis des rapports mensongers au Conseil de sécurité pour ainsi aplanir le terrain à son intervention militaire en Syrie, rapports qui ont été, tous, rejetés par la Russie. L’un des commandants de l’armée russe, le lieutenant-général Yuri Netkatchev, a averti qu’une attaque américaine contre la Syrie risquerait de détériorer, encore davantage, les relations russo-américaines.
Rabah Karali

PLUS D'ARTICLES

Pétrole : Les cours continuent de monter

Par Imen Medjek : Les cours du pétrole évoluaient en légère hausse vendredi, profitant de …

Un commentaire

  1. Les américains ont un double langage. Leur faire confiance c’est faire Hara Kiri. Leur diplomatie s’évertue à faire l’éloge de votre expérience en matière de lutte anti-terroriste et de l’autre la CIA s’emploie à vous déstabiliser.
    Il faut jamais leur communiquer des informations sensibles. Si ce n’était l’intervention des russes le régime syrien serait déjà tombé comme l’aurait ordonné les sionistes. D’ailleurs ces derniers sont déstabilisés par la tournure des événements et cherchent à entrainer d’autres pays et à compliquer davantage le conflit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *