vendredi , 26 mai 2017
Solidarité du Ramadan : 780 millions DA dégagés

Solidarité du Ramadan : 780 millions DA dégagés

La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem, a affirmé lundi dernier que son secteur contribuerait à l’opération de solidarité nationale au profit des catégories démunies pour le mois de Ramadhan 2017 à hauteur de 780 millions de dinars, soit près de 7 % du montant global consacré à cette opération. Dans une déclaration à la presse en marge d’une journée d’information sur les programmes d’accompagnement des familles en situation difficile, Mme Meslem a précisé que son secteur contribuerait à l’opération de solidarité nationale durant le Ramadhan à hauteur de  » 780 millions de dinars, soit 7 % de la somme globale consacrée à l’opération « . La valeur des colis de denrées alimentaires distribués aux nécessiteux durant le mois de Ramadhan s’élève à  » plus de 5000 DA « , a indiqué la ministre, ajoutant que l’opération de solidarité était supervisée par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales et que son département ministériel n’était que membre participant à l’opération par le biais des directeurs de l’action sociale à travers les wilayas du pays. La ministre a annoncé un projet d’élaboration d’un plan d’action national au profit des catégories démunies et vulnérables en vue de conférer davantage d’efficacité aux opérations de prise en charge dans différents domaines avec la contribution des secteurs concernés, notamment le ministère de la Solidarité nationale outre des experts et des spécialistes. Le plan national permet de donner la  » définition scientifique et sociale  » d’une personne pauvre et nécessiteuse en Algérie, et fixer la nature des aides directes et indirectes destinées à ces catégories. Evoquant la politique du secteur de la Solidarité nationale dans son volet relatif aux opérations de prise en charge des catégories démunies, Mme Meslem a fait savoir que plusieurs mesures liées aux subventions et aides ont été prises outre la mobilisation de cellules de proximité composées de psychologues, sociologues et médecins en vue de la prise en charge des familles en situation difficile, notamment dans les régions du Sud et les Hauts plateaux, essentiellement Ghardaïa, et ce en collaboration avec les associations activant dans le domaine des aides humanitaires destinées aux orphelins, pauvres et nécessiteux. Le ministère de la Solidarité national s’attèle à  » tenir compte de la dimension scientifique dans la mise au point de politiques sociales destinées aux familles algériennes à travers l’exploitation des résultats de recherches et d’études dans les sciences humaines et sociales ainsi que l’implication des enseignants universitaires et académiciens « , a indiqué Mme. Meslem, mettant en avant que le secteur penchait sur l’élaboration, la concrétisation, le suivi et l’évaluation des programmes destinés à la famille pour la coopération, la concertation et la coordination entre les secteurs, les différentes institutions concernées et la société civile en vue de relancer l’action de proximité. Dans le même contexte, la ministre a révélé que les opérations d’assainissement des listes de bénéficiaires d’aides et de pensions de la solidarité nationale, en l’occurrence l’indemnité forfaitaire de solidarité et la pension d’invalidité, ont permis en 2016 la radiation de 5 % d’indubénéficiaires. Le dispositif d’accueil, d’écoute, d’orientation et d’accompagnement a démontré son efficacité sur le terrain concernant la prévention de la déliquescence de la famille et la prise en charge psychologique des familles en situation difficile du fait qu’il (le dispositif) constitue un espace visant à apporter l’aide et l’orientation à ces familles en vue de préserver leur stabilité et leur cohésion, a souligné la ministre, ajoutant qu’en 2016, ce dispositif avait permis l’accompagnement et l’intégration de 3.156 cas au niveau national qui se trouvaient en situation difficile, notamment par l’intégration professionnelle, familiale et scolaire outre la prise de mesures relatives au programme de médiation familiale et sociale pour éviter les différends familiaux ainsi que des dispositions concernant la prise en charge médicale au domicile des personnes en détresse, notamment les personnes âgées et en situation de handicap. Enfin, la ministre a affirmé que cette journée d’information organisée par le ministère de la solidarité nationale à l’occasion de la journée internationale de la famille  » se veut une opportunité pour connaître la situation des familles, comme elle est aussi une occasion pour relever les nouveaux défis auxquels la famille pourrait faire face « .
R.N.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*