vendredi , 26 mai 2017
Maroc : La croissance économique sujette à des risques de détérioration

Maroc : La croissance économique sujette à des risques de détérioration

La croissance économique au Maroc en 2017 reste soumise à “des risques baissiers importants”, a indiqué lundi le FMI en appelant le gouvernement à réduire le taux de chômage qui reste élevé chez les jeunes.

“La croissance devrait rebondir en 2017 et s’accélérer progressivement à moyen terme et reste sujette à l’amélioration des conditions extérieures et de la mise en oeuvre de la réforme”, précise le Fonds monétaire internationale dans un communiqué publié à l’issue du premier examen d’un accord de prêt accordé au Maroc en 2016 pour réduire sa vulnérabilité budgétaire. “Cette perspective reste soumise à des risques baissiers importants”, relève le FMI. L’économie risque de pâtir fortement de la “faible croissance des principaux partenaires commerciaux du Maroc, des risques géopolitiques et des incertitudes de la politique mondiale”, selon l’institution de Bretton Woods. “Une consolidation budgétaire supplémentaire est nécessaire “, estime le FMI en expliquant qu’elle doit être basée sur “le contrôle continu des dépenses, une approche globale pour améliorer les revenus, la réforme de la fonction publique, la mise en oeuvre prudente de la décentralisation fiscale et le renforcement de la surveillance des entreprises publiques “. Le fonds recommande au Maroc une “transition rapide vers un taux de change plus flexible afin de préserver sa compétitivité extérieure et renforcer la capacité de l’économie à absorber les chocs”. Par ailleurs, l”’amélioration de la gouvernance, du climat des affaires et des politiques du marché de travail est essentielle pour réduire le taux de chômage élevé chez les jeunes”, a constaté le FMI en préconisant au Maroc d’accroître la participation des femmes au marché du travail. En décembre dernier, le FMI a souligné qu’il “restait beaucoup à faire au Maroc pour atteindre une croissance élevée, soutenable et mieux partagée” et ce malgré la baisse des cours de pétrole qui l’a aidé à réduire son déficit budgétaire. Le FMI a accordé en 2016 une nouvelle ligne de crédit de 3,42 milliards (mds) de dollars au Maroc pour atténuer les facteurs de sa vulnérabilité budgétaire. Cette ligne de crédit est la troisième octroyée au Maroc depuis 2012. Les deux premiers accords de crédits portaient sur des montants de 6,2 mds de dollars et 5 mds de dollars.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*