vendredi , 26 mai 2017
ÉTATSUNIS : POURQUOI TRUMP VOULAIT LA TÊTE DU PATRON DU FBI

ÉTATSUNIS : POURQUOI TRUMP VOULAIT LA TÊTE DU PATRON DU FBI

Le président américain était en colère contre le directeur du FBI et aurait été à l’origine de son limogeage, relate la presse américaine. Remercié mardi 9 mai, James Comey cherchait en outre à accélérer l’enquête sur les liens éventuels de l’entourage de Trump avec Moscou.

Il n’aura fallu qu’une journée pour que les explications de la Maison-Blanche sur le débarquement brutal du directeur du FBI, mardi 9 mai, soient battues en brèche. Au départ, James Comey était censé avoir été remercié sur la recommandation du ministre de la Justice et de son numéro deux. Or, comme le raconte ce jeudi la presse américaine, et comme l’a reconnu hier l’administration Trump, c’est le président lui-même qui est à l’origine de ce limogeage. À en croire les récits du Washington Post et du New York Times, Trump était furieux ces dernières semaines contre le directeur du FBI. Il lui en voulait d’avoir publiquement démenti ses accusations à l’encontre de son prédécesseur Barack Obama, qui l’avait, affirmait-il, fait mettre sur écoute. Il reprochait aussi à James Comey sa gestion de l’enquête sur l’ingérence supposée de la Russie dans la présidentielle américaine de l’an dernier. Une enquête menée par le FBI qui concerne aussi les liens éventuels entre Moscou et l’équipe de Donald Trump, et à laquelle l’administration américaine aimerait mettre un terme.

Une enquête en suspens
D’après la presse américaine, le patron du Federal Bureau of Investigation (Bureau fédéral d’enquête) aurait été remercié alors qu’il cherchait à accélérer cette enquête.  » Quelques jours avant qu’il ne soit limogé, James Comey a demandé au ministère de la Justice [dont dépend le FBI] plus de procureurs et d’autres ressources humaines pour accélérer l’enquête sur l’interférence de la Russie dans l’élection présidentielle « , affirme The New York Times. Des informations confirmées par le quotidien conservateur The Wall Street Journal, qui indique que  » M. Comey avait commencé à recevoir des points d’information quotidiens (…) sur l’enquête, depuis au moins trois semaines « . Le directeur du FBI aurait tenu informés des membres de la Commission du Sénat sur le renseignement, en première ligne au Congrès dans l’enquête sur la Russie.

Aux yeux du New York Times, ces informations ont de quoi inquiéter :
– l’avenir de l’enquête du FBI est aujourd’hui plus incertain qu’il ne l’a jamais été depuis qu’elle a commencé à la fin de juillet dernier. »

Au Sénat, le dossier russe reste ouvert
Mercredi 10 mai, les sénateurs de cette Commission sur le renseignement ont cependant manifesté leur volonté de poursuivre leur enquête en émettant une injonction à l’ancien conseiller de Trump à la sécurité nationale, Michael Flynn – contraint à la démission début février en raison de ses relations avec Moscou – de produire des documents en lien avec l’enquête.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*