vendredi , 26 mai 2017
Tizi Ouzou : Convention de partenariat entre l’Université Mouloud Mammeri et le FCE

Tizi Ouzou : Convention de partenariat entre l’Université Mouloud Mammeri et le FCE

Désireux de consolider les relations Université- Entreprise et la valorisation de la recherche scientifique, technique et technologique.

Par Roza Drik :

L’Université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou et le Forum des chefs d’entreprises (FCE) ont décidé de se rapprocher dans un cadre de collaboration multiforme et synergique qui concerne tous les domaines d’activités considérés d’intérêt commun par les deux parties. Le Professeur Ahmed Tessa, Recteur de l’Université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, et Mohamed Siad, délégué du bureau de wilaya, ont signé hier une convention de partenariat, au niveau de l’auditorium de Hasnaoua, afin d’établir un espace d’échange et de coopération dans un esprit gagnant-gagnant et de manière durable. Cet accord d’échanges conclu entre les deux parties en présence de la vice-présidente du bureau national de l’organisation patronale, Nacéra Haddad, qui a manifesté la « bonne volonté du Forum à instaurer un programme d’échange et d’accompagnement entre les deux partenaires dans la perspective d’assurer un meilleur essor des entreprises locales ».Selon elle, un accompagnement de l’université permettra aux entreprises locales affiliées au FCE d’acquérir plus de compétitivité et de s’imposer comme des acteurs capables de promouvoir l’économie locale, à travers la création de la richesse et de l’emploi. Le président du bureau de wilaya du FCE a considéré que cette convention enrichie et élargie marque le « début d’un partenariat effectif basé sur des projets concrets avec l’objectif de mettre les travaux de recherche scientifiques et les laboratoires de l’université au profit des entreprises qui, pour leur part, prendront en charge les étudiants, leur feront découvrir le monde de l’entreprise et les intégreront dans le monde du travail juste à la fin de leur cursus ». « Nous voulons créer un partenariat dans la sous-traitance », a-t-il aussi annoncé. Il a aussi annoncé qu’un projet structurant sera lancé prochainement par le FCE à l’université de Tizi Ouzou, en présence de son président Ali Haddad. Il s’agirait d’un laboratoire commun entre les deux entités ou un centre technologique entreprises- université, a-t-il fait savoir. Le recteur de l’UMMTO a affirmé, pour sa part, que la convention signée entre l’institution qu’il représente et l’association patronale « n’est que la continuité d’un premier accord signé par l’ex-recteur et le président du FCE et qui n’a pas été suivi d’actions concrètes sur le terrain ». « Aujourd’hui, nous passons à la concrétisation avec les entreprises locales », at- il soutenu. « Nous allons commencer par la formation des chefs d’entités économiques puisque l’université compte 34 laboratoires qui peuvent apporter un plus pour le monde économique », a-t-il assuré. La Convention porte également sur la création d’emplois et d’auto-emplois, l’initiation des étudiants à la gestion des entreprises et l’intégration du monde des affaires, en plus du lancement de projets et de laboratoires communs, en vue de constituer une locomotive pour un développement économique durable au niveau local, a-t-il estimé. Le recteur a pris l’engagement devant la communauté universitaire et les chefs d’entreprises présents à la cérémonie de signature de la convention, d’assurer un suivi « rigoureux » à tous les projets communs, promettant de vulgariser cette culture au niveau de tous les compartiments de l’université, à savoir les facultés, les instituts, les laboratoires et les équipes de recherche. Quant aux attentes de ce partenariat université-entreprise se porteront sur plusieurs axes: La recherche scientifique produit comme valeur ajoutée à l’économie nationale. Valoriser le  » made in Algérie « , la recherche scientifique est génératrice de richesse et d’emploi à stimuler les entreprises algériennes et à faire appel aux compétences Algériennes au lieu de tourner vers l’étranger. Créer des structures de recherches et de développement au sein de l’entreprise. Lors des débats, la vice présidente du FCE, a indiqué  » qu’il est tant de sortir de ce cercle vicieux, le travail de recherche doit se focaliser sur les préoccupations des entreprises en identifiant leur problèmes et les résoudre. » Le FCE a la volonté d’accompagner ses jeunes diplômés porteurs de projets pour les concrétisés. Une question posée par un étudiant. Le FCE est-il près à financer un incubateur?, que c’est faisable dira Nacera Haddad. L’autre point soulevé la réalisation d’un centre de carrière pour l’université Moulou Mammeri ? Ce point est déjà acquis selon elle où un prix est décernée chaque au meilleur travail de recherche universitaire.
R.D.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*