mardi , 25 avril 2017

ENTRE PRIMÉ ET PÉRIMÉ

Mohamed Abdoun : 

– Tout de même. On a réussi à faire parler de nous sur les médias étrangers concernant nos élections législatives.
– Heu… en bien ou en mal ?
– Curieux, mais j’ai toujours pensé que le contraire de mâle était femelle. Mais bon. Le fait qu’on parle de nous est une bonne chose en soi. Ça fait de la pub. Même quand on te critique, ça te dope. Te fait connaitre. Te rappelle aux bons souvenirs des Huns et des zautres.
– Ça répond pas à ma question ta diatribe philosophique au rabais.
– Je sais. Je sais. Figure-toi qu’ils trouvent franchement hilarant, anecdotique et un tantinet ridicule le fait que des femmes se portassent candidates en voilant leurs visages sur les affiches électorales.
– Ah oui. Avoue que ca reflète une très mauvaise image de notre pays, tout en confirmant ce que j’ai toujours dis, à savoir que l’intégrisme ne s’est jamais mieux porté sous nos cieux, et que le fait d’avoir vaincu (militairement) le terrorisme ne veut dès lors pas dire grand-chose.
– T’exagère un peu quand même. L’image de notre pays n’est pas si mauvaise que ça, d’autant qu’elle est floutée. On n’y voit pas très clair, en somme.
– Tu sais, ce qui m’inquiète c’est que les autorités laissent faire, alors que seule la HIISE de Bordj Bou Arreridj a saisi les  » fautives « , ces candidates-fantômes, comme si le phénomène n’existait pas ailleurs dans le pays. Autre motif de vive inquiétude pour moi : même le FFS, ce parti jadis démocrate, républicain, universaliste, a eu droit à ses affiches ubuesques.
– Ça veut dire que c’est nous qui sommes devenus obsolètes, décalés, par rapportr à la société algérienne…
– Dis, si ces candidates-fantômes sont élues, comment vontelles faire si elles doivent s’exprimer à l’APN ?
– Franchement, j’en sais fichtre rien, puisque pour les intégristes même la voix de la femme est frappe du sceau très sot du layadjouzizme. Je pense que la solution serait qu’elles s’expriment par gestes, ou qu’elles recrutent des gars pour s’exprimer à leur place.
– Tant qu’on y est (et qu’on niait aussi), elles auraient pu aussi laisser ces autres personnes se présenter à leur place.
– En tous cas, tant que la cerise est à 20.000 dinars le kilo, ya rien de bon à espérer.
– Je vois franchement pas le rapport.
– Moi non plus. Et je m’en fous puisque je peux pas voir non plus les visages de certains de nos candidates. Alors, on est quitte je pense…
M.A.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*