mardi , 25 avril 2017

La vie paradisiaque et l’enfer du mal

Par Amar CHEKAR :

Phénomomène de société du tiers monde ou conséquences d’une conjoncture de mutation culturelle, politique, économique et sociale ? Le phénomène de la violence criminel à commencer par les kidnappings d’enfants, les altercations de la cité, du quartier ou du village qui finissent parfois par des crimes crapuleux dépasse l’imaginaire.  » Pourquoi je me retrouve en prison ? « . Le policier répond.  » Tu as tué ton ami à l’aide d’un couteau il y’a quelques jours « , répond le policier au jeune qui ne croyait pas un seul instant à ce qu’il vient de commettre. Le jeune homme était sous l’effet des psychotropes, révèlent des membres de la famille de ce jeune criminel qui a perdu toute sa vie, en commençant par perdre conscience et contrôle de ses actes d’abord dans une grande ville à Alger. Il y’a près d’une semaine. Un autre acte criminel macabre s’est passé dans une des daira de Béjaia, ou un jeune de 23 ans, a été poignardé à mort pour une histoire de téléphone portable. Les deux criminels ont été retrouvé le lendemain de leurs forfait dans une forêt pour se cacher, révèle des témoignes oculaires de cette situation funèbre qui ressemble à toutes les autres histoires de violence que l’on enrigistre un peu partout dans les quatres coins du pays. Le rôle de la mosquée est cité à juste titre, d’où a commencé le discours de la violence au nom des religions. Dr Z Hadjout, qui a prit en mains plusieurs actes de violence témoigne de quelques situations.  » La majorité des crimes sont enrigistrés dans les milieux de mauvaises fréquentations. Il faut savoir aussi, que l’autorité de l’Etat, ne se limite pas aux missions des policiers est des gendarmes qui ont la charge de la protection des bien et des personnes. Mais, c’est tout un ensemble qui composent la société, dont le discours des mosquées, les médias dans tout leurs supports, la présence de l’administration, les civisme des citoyens en générale, en plus de la discipline dans le milieu du travail ou la résorption du chômage etc « , selon Dr Hadjout Z, qui a été très loin dans son analyse au point d’évoquer la nécessité d’aller dans l’ouverture de cabinets pour l’entame des études sociologique qui frappe le peuple depuis des années. Tenant compte d’un ensemble de facteurs et moyens humains et matériels qui sont plus proche de toutes les catégories d’âges, de sex, de profession et de responsabilités dans le temps et dans les espaces ceci d’une part. Et d’autres part, puisque dans chaque cités est villages du pays, il y’a des mosquées, et dans chaque maison, il n’y a pas qu’une seule chaine de télévision qui réunit la famille, mais ce sont des dizaines de chaines de télévisions parabole pour tout les foyer, ce qui touchent mieux et plus le subconscient et la sensibilité citoyenne et humaine, il n’y a pas de meilleurs solutions que de réduire les discours des mosquées qui relève du moyen âge, pour développer de meilleurs idées positives, constructutive et civilisatrice que de rester figé dans le passé qui ne reviendra jamais.  » Personne n’est mort et revenu pour nous dire, ce qu’il a vu au paradis ou à l’enfer depuis Eve et Adem « , dira Dr Hadjout Z qui ajoute que le paradis et l’enfer sont d’abord dans la vie quotidienne que l’on mène à longueur de l’année et de la vie. Le phénomène de la violence est un virus psychologique qu’il faut combattre, afin de sauver le peuple du terrorisme et le mal du siècle. Ce qui différencie l’homme de l’animal, c’est l’intelligence. Utilise t-on justement, notre intelligence à bon escient pour contrer le mal ?
A.C

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*